Dans la gestion de votre temps, êtes vous polychrone ou monochrone

Publié le par le blog de cj-coach

Dans la gestion de votre temps, êtes vous polychrone ou monochrone

Dans la manière dont chaque individu gère son temps, vous avez certainement remarqué que certains d'entre nous peuvent faire plusieurs choses à la fois et d'autres en sont incapables. Certains sont incapables de structurer leur temps, détestent les plans d'action alors que d'autres adorent planifier, faire des listes. Et vous, êtes vous monochrone ou polychrone ?
 

Système monochrone : faire une seule chose à la fois.
Dans ce système le temps est perçu comme un ruban : il est linéaire. L’important est l’organisation (programmes, découpages en horaires, délais …). Ce système a permis l’industrialisation. Il est important dans le monde du travail mais laisse peu de place à l’imprévisible.

Système polychrone : faire plusieurs choses à la fois.
Dans ce système l’important est la relation. L’accent est mis sur l’engagement des individus et l’accomplissement du contrat plus que sur le respect des horaires. Pour les individus polychrones le temps n’est jamais perdu, ils sont en interaction avec plusieurs personnes à la fois et restent continuellement engagés les uns à l’égard des autres. La polychronie est le système de la vie domestique. 

En résumé :

Vous êtes monochrone si votre conception de la gestion de votre temps est "une chose à la fois".

  • Vos points positifs : concentré, méthodique, organisé.
  • Vos points faibles : peu de souplesse et d'ouverture.

Vous êtes polychrone si votre conception de la gestion de votre temps est "plusieurs choses à la fois"

  • Vos points positifs : intuitif, adaptable, disponible.
  • Vos points faibles : tendance à la dispersion, au manque d'organisation.

L’idéal dans le travail : établir des horaires, une planification (monochrone) et en même temps savoir accepter l’imprévisible  (polychrone) et aborder la situation sans stress de manière à trouver une autre solution ou même prendre une autre direction.

Christine Jaugey

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article